• April 4, 2019 05:00 pm -
  • Amphithéâtre Emile Boutmy
  • Par

Témoignage de deux rescapés d’Auschwitz @UEJF SciencesPo

About Us

  • UEJF SciencesPo
  • https://www.sciencespo.fr/agenda/picasso/fr/event/T%C3%89MOIGNAGES++EXCEPTIONNELS+D%E2%80%99YVETTE+L%C3%89VY+ET+DE+DANIEL+URBEJTEL%2C+RESCAP%C3%89S+DE++LA+SHOAH?event=1288&fbclid=IwAR3DNUu5h_caeN962tUNO70rYWCzbVCFmSVm3U4PlAvXc0JvZD_4sZtucsE

L’UEJF Sciences Po et l’association Convoi77 ont l’honneur de recevoir Daniel Urbejtel et Yvette Lévy, rescapés de la Shoah, dans l’amphithéâtre Emile Boutmy, jeudi 4 avril, à 17 heures. Bénédicte Durand, Directrice des Etudes et de la Scolarité de Sciences Po, introduira la séance.

Inscriptions externes:
Contactez [email protected]
Les places étant limitées, nous vous enverrons un mail de confirmation.

Inscription internes: lien ci-dessus

Daniel et Yvette ont eu deux trajectoires de vie différentes. Pourtant, leurs destins se sont croisés à bord du Convoi n°77, qui les emmena vers l’enfer des camps.

Yvette Lévy (née Dreyfuss) naît à Paris en 1926, dans une famille de juifs alsaciens. Monitrice aux Eclaireurs israélites de France pendant la guerre, Yvette accueille, rue Claude-Bernard, des enfants juifs, jusqu’à leur dispersion dans la clandestinité. Elle est arrêtée par la Gestapo le 22 juillet 1944, puis est transférée vers le camp de Drancy. Le 31 juillet, Yvette est emmenée par le Convoi n°77 en direction d’Auschwitz. Elle fait ensuite partie des déportées sélectionnées pour travailler dans une usine d’armement à Kratzau. Survivant pendant de longs mois à l’horreur du camp, elle est libérée le 9 mai 1945. Yvette consacre une grande partie de son temps à témoigner, notamment devant les plus jeunes.

Daniel Urbejtel est né en 1931 à Paris, de parents juifs non-pratiquants, d’origine polonaise. Le jour de ses 12 ans, ses parents sont arrêtés par la Gestapo. Il découvre ce jour-là son identité juive. Il est alors placé dans un orphelinat, jusqu’en juillet 1944, où Daniel est arrêté et emmené à Drancy. Le 31 juillet, il monte, comme Yvette, à bord du Convoi n°77, qui l’emmène, lui et son frère Henri, à Auschwitz. Daniel survit au camp et aux Marches de la mort, d’où il ressort terriblement affaibli, et tombe dans le coma. De retour à Paris en octobre 1945, il retrouve son frère et sa soeur, et reprend ses études en 1946. Daniel témoigne sans relâche dans les écoles depuis plusieurs décennies.