Témoignage d’Elie Buzyn, rescapé d’Auschwitz à l’Université Paris Dauphine le 29 janvier 2015

Témoignage d’Elie Buzyn, rescapé d’Auschwitz à l’Université Paris Dauphine le 29 janvier 2015 :

A l’occasion des 70 ans de la libération des camps, l’UEJF est heureuse de recevoir Elie Buzyn, rescapé d’Auschwitz et chirurgien français à la retraite, à l’Université Paris Dauphine le jeudi 29 janvier à 18h45 à l’Université Paris Dauphine

Au fil des années, l’histoire dans ce qu’elle a de plus palpable disparaît peu à peu, ce témoignage apparaît donc là comme un moment primordial pour le travail de mémoire. Nous étudiants d’aujourd’hui, actifs de demain, avons cette responsabilité de rendre l’histoire vivante et de devenir grâce aux témoignages comme celui d’Elie Buzyn, les témoins des témoins.

Nous vous attendons donc nombreux, le jeudi 29 janvier à 18h45 en Amphithéâtre 1, pour que chacun d’entre nous devienne, par ce témoignage, le porteur d’une partie de l’Histoire.

Inscription obligatoire pour les personnes extérieures à Dauphine avant mardi 27 janvier 2015. En raison du plan Vigipirate, toute personne non inscrite se verra refuser l’entrée de l’Université.
Pour les étudiants de Dauphine, merci aussi de vous inscrire.
https://docs.google.com/forms/d/1SCp3-kJIaLFXFWeoe1lYpK0IOlxZFC8h11-45cVhiL0/viewform?c=0&w=1

Biographie d’Elie Buzyn :
Né en 1929 à Lodz, d’un père industriel du textile, Elie Buzyn a grandi dans une famille juive pratiquante. Il sera astreint avec sa famille, à partir de décembre 1939 au port de l’étoile jaune cousue sur la poitrine et dans le dos. Avec cent soixante mille autres Juifs, Elie Buzyn et sa famille seront regroupés, du 12 février à fin avril 1940, dans le quartier de BaLuty, l’un des plus pauvres de la ville.
Le 7 mars 1940, Abraham Buzyn, le frère de Élie Buzyn, est victime du « jeudi sanglant » au cours duquel les SS abattent des dizaines de Juifs, rue Piotrkowska. C’est comme ouvrier dans le tissage, puis dans la sellerie qu’Elie Buzyn parvient ainsi à survivre avec ses parents, jusqu’à la liquidation du ghetto en août 1944. Déporté à Auschwitz en même temps que les siens, Elie Buzyn y est affecté à des kommandos de travail, avant de survivre aux marches de la mort de janvier 1945 en direction de Buchenwald. Il rejoint ensuite la France et un de ses oncles, Léon Pérel, chirurgien à l’hôpital Rothschild pendant toute la durée de l’occupation allemande.

0 Commentaires Rejoindre la conversation →


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *